Le Salkantay trek : en route vers le Machu Picchu

“C’est pas tout ça mais il est temps d’utiliser notre équipement de rando sur plusieurs jours en TOTALE AUTONOMIE !”

Le Salkantay est devenu un trek très prisé pour se rendre au Machu Picchu. D’autres sont également assez connus comme l’Inca trail ou le Choquequirao.

Mais bon, le premier faut le réserver des mois à l’avance et il coûte une rotule et un pied et l’autre, bah, c’est précisément tes pieds que tu perds après.

Donc, on a misé sur le beau Salkantay où il faudra marcher QUE 89 km en 4 jours pour voir le Saint-Graal : le Machu Picchu !

 

On part donc frais et motivés (enfin plus un que l’autre) de Cusco à 4h00 du mat (rien que ça).

Jour 1 : de Mollepata à quelque part dans les montagnes (18km)

Notre petit collectivo nous emmène directement au centre de Mollepata et, ce, sans payer cette TAXE non légale permettant d’entrer sur le chemin du trek.

Et oui, on commence à s’habituer au Pérou et à leurs frais immaginaires “spécial Gringos“.

MAIIIS, c’est grâce à cette petite parade “toi aussi voyage en collectivos”, tu es noyé dans la masse péruvienne. ADIOS LA TAXE !

En arrivant sur la place principale, les taximen sont déjà dans la partie !

Mais, comme on devient un peu trop économes, il n’est pas question de payer 70 S/. juste pour quitter le village.

On décide donc de monter comme des braves cette belle montée pour sortir de Mollepata.

Pensant que le trek ne serait pas bien loin !

 

Après quelques minutes, on se demande si on n’a pas fait un grosse bêtise en refusant le taxi.

C’est là, que tout à coup, une voiture surgit de nulle part… Nico la fait arrêter et demande au gentil homme dedans de nous emmener au point de départ du trek !

Bingo matelo ! On arrive à Challacancha qui se trouve être à mi-chemin de marche de cette première journée !

On ne bénira jamais assez cet homme extraordinaire ! (On en fait trop, tu crois?)

De Challacancha, il suffit de monter pour trouver le chemin de marche.

La montée est un peu rude mais au bout de 15 min ce n’est que du plat.

Ce chemin assez agréable s’achèvera brutalement à Soraypampa.

Normalement, la première journée de trek s’arrête ici. La plupart monte voir la laguna Humanity (2H30; A/R) et dorme au camping du village.

Nous, nous avons décidé de nous arrêter seulement pour manger, faire une sieste (on s’était levés à 3H15, hein!), et hop, on continue !

On préférait nous avancer puisqu’on avait entendu que le deuxième jour était la pire…

Et là, le bonheur a commencé (sarcasme) puisque ça monte assez bien.

Mais bon, le paysage est magnifique et on voit plein de lamas !

On s’arrête quand même à 4400m d’altitude parce que la pluie est de la partie…..

On monte la tente sur un emplacement à l’arrache et on s’apprête à vivre une folle nuit remplie de pluie, d’orage et de neige !

Jour 2 : quelque part dans les montagnes à un peu plus loin de Chaullay (22km)

Réveil 5h. Complétement out de la nuit.

Cette journée risque d’être longue.

La montée commence directement mais, franchement, marcher à 5h du mat dans les montagnes sans un bruit sous la neige reste un moment magique.

Bon, sur le coup, on ne trouvait pas ça très magique, on avoue.

Après 20 min de marche, on se trouve en compagnie de Viscaches (de la famille des chinchillas). Ces animaux se cachent beaucoup de l’homme et son assez craintifs. Nous sommes donc assez chanceux.

Mais la montée se fait attendre et nous continuons notre ascension.

On commence à croiser des porteurs, des mules et des groupes faisant également le trek (en mode plus léger).

On se disait aussi qu’on n’avait pas encore vu grand monde.

Après les “buenas dias” et les “que tal” d’usage, nous demandons aux porteurs le poid de leur sac.

25 à 30 kg !

Du coup, même s’ils nous félicitent de porter nos sacs, on se sent un peu mal à l’aise de montrer des signes de douleurs.

On ne va pas entrer dans le débat mais ils sont assez courageux.

Après 30 min de montée, nous voilà au point culminant du trek : 4600m d’altitude.

Et, bizarrement, nous l’avons monté sans éprouver de grosses difficultés.

Au sommet, nous faisons la connaissance de Seb (un québecois) et d’Alex (un francçais) faisant le trek également en autonomie. Plus loin, nous rencontrerons un autre Alex (français aussi).

A 5, nous finirons le trek.

Maintenant, il ne s’agit que de la descente. Celle-ci nous amènera autour de 3000m d’altitude.

Donc, faites le compte de la dénivélation. Les genoux ont assez soufferts surtout que le chemin rempli de cailloux n’est pas des plus agréables.

Après près de 4h de descente, nous arrivons à Chaullay. Cette ville représente le point final de cette deuxième journée de marche.

Nous décidons de continuer à marcher étant donné l’heure et notre état.

Après plus de 30 min, on s’arrête au bord de la rivière.

Nico est assez content de trouver d’autres randonneurs expérimentés. Steph, elle, subit un peu quand même puisqu’elle avance à leur rythme. Bon, ils l’attendront souvent (sorry, en passant :p)

La température a augmenté et la nuit a été très agréable.

Jour 3 : un peu plus loin de Chaullay à camping Inka (17km)

Nous pourrons la nommer aussi la journée “cool raoul”

On démarre tranquilou bilou.

On marche en pleine forêt semi-tropicale, il fait chaud, humide. Enfin, on meurt un peu sous la chaleur.

Ce chemin valloné nous fera admirer des plantations de café, des citroniers, etc.

C’était vraiment intéressant. Si bien, qu’on a décidé de goûter un peu à tout.

A midi, on arrive au village “la playa”.

On a tous faim ! Alors, on demande aux locaux s’ils peuvent ouvrir leur restaurant pour nous.

C’est là, qu’on se trouve à 5 dans une petite pièce remplie de souvenirs familiaux à manger un super menu et boire de la limonade délicieuse.

Repus comme des dindons, on repart tant bien que mal sous cette chaleur.

15 à 20 min plus tard, on tombe sur une petite dame qui nous propose de goûter son café (moyennant, bien sûr).

C’est parti donc pour la pause café maison SVP !

Bon, c’est pas tout ça, mais nous n’avons pas franchement avancé durant journée.

Après 2h de marche, nous nous arrêtons à un camping avant la dernière ascension de ce trek.

Enfin, nous n’avons pas vraiment eu le choix parce que la ‘responsable’ nous a suivi durant 2 bon km pour nous persuader de dormir chez elle.

Et après, une bonne négociation faite par les Alex, on a eu la nuit et le petit-dej a un bon prix.

Jour 4 : Du camping à Aguas Calientes (24km)

La journée de la mort !

Après une courte nuit coupée par les aboiements de chiens ou ce gentil coq, nous démarrons bien comme il faut : une belle montée de 800m de dénivelé positif.

Il fait moite et les efforts des jours précédents se font sentir.

Steph craque un peu beaucoup et après 2h30 de montée, on toise le Machu Picchu (vue de derrière).

Mais ce n’est que le début. Après vient la descente de 1000m de dénivelé.

Là, trop, c’est trop non ?

Non, du tout !

Parce qu’après, on arrive à Hydroelectrica. Ce lieu dit où commence les rails qui nous amènent à Aguas Calientes.

En gros, nous avons longé les rails durant 3heures et sur 11km.

Franchement, il y avait un ras-le-bol général.

Ce chemin est sans intérêt et plus que monotone.

Arrivés à Aguas Calientes (surnommé par nos soins, “la ville où tout coûte cher”), nouveau coup de marteau, il n’y a plus de places pour le Machu Picchu pour demain matin.

Il faut revenir le lendemain pour prendre nos places pour l’après-midi.

On se retrouve donc coincés 2 jours dans cette ville sans âme !

Jour 5 : Le machu Picchu

On se réveil un peu déprimé en voyant la météo : il pleut averse !

Après plusieurs jours de trek où le soleil nous a accompagné, il fallait qu’elle se pointe AUJOURD HUI !

Tant pis, on se dit que ça sera sous la pluie.

Malheureusement, Seb étant malade et Alex ayant sa place pour le matin (il l’avait acheté avant le malinois), on se retrouve seulement à trois pour monter ses 1700 marches de malheur.

Mais, l’univers était avec nous puisque d’un coup la pluie a cessé. Les nuages se sont dispersés. Et à nous, la vue sur le beau Machu Picchu.

La première fois que nous l’avons vu, honnêtement, on ne s’attendait pas à ressentir ça. On savait à quoi ça ressemblait mais ça vaut bien son titre de merveille du monde !

Surtout que son emplacement et le but de cette ville restent encore un mystère pour les historiens.

On a adoré s’y ballader et toucher encore un peu plus à l’histoire péruvienne.

Cerise sur le gâteau, Nico a trouvé un trèfle à quatre feuilles entre deux pierres.

On quitte cette beauté en fin d’après-midi et on redescend les marches dans le noir total (heureusement qu’on avait un téléphone pour voir un chouwa).

Jour 6 : le retour à Cusco (10km)

Après Seb, c’est au tour de Steph de tomber malade. Malheureusement, il faut rebrousser chemin jusqu’à Hydroelectrica en longeant ces rails !

Après 2h30, on arrive à notre bus.

Le trajet pour revenir est quelque peu folklorique !

Les chemins non goudrounés sont à même la roche des montagnes et les chauffeurs péruviens roulent comme des schumi en puissance.

8h plus tard, nous retrouvons nos estomacs et la ville de Cusco avec des souvenirs plein la tête.

Vous voulez faire le Salkantay trek en autonomie ?

Itinéraire basique : Mollepata à Soraypampa (jour 1) - Soraypampa à Chaullay (jour 2) - Chaulley à Santa teresa (jour 3) - Santa teresa à Aguas Calientes (jour 4) - Machu Picchu (jour 5).

Il existe une variante qui vous fera admirer le Machu Picchu de derrière. Suivez les flèches après le village de la Playa.

Equipement : tente - sac de couchage - tapis de sol - réchaud - repas pour 4 petit-dej/dej/souper - 2 tenues de rechanges - veste coup-vent - crème solaire - casquette - veste - bâtons de marche (éventuellement) - de bonnes chaussures de marche

Transport : nous avons opté pour Sakura Expedition qui vous emmène à Mollepata en collectivo. Pas de prix d'entrée pour le trek. Un bus vous attend aussi à Hydroelectrica. La date de retour est flexible. Prix : 60 S/. par pers.

Coût : nous avons tout l'équipement camping. Donc aucune location. La nourriture nous a coûté : 4 € et durant le trek nous avons dépensé 13,50 € (repas chez l'habitant et le camping). TOTAL: 17,50€/4 JOURS.

Coût pour le Machu Picchu : le ticket simple vous coûtera 55 €/ pers.

 

 
Pour le partage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *